Bien communiquer, un rôle essentiel des entreprises en santé animale

Ce jeudi 25 novembre, s’est tenue à Madrid la conférence annuelle de la fondation Vet+I, la plateforme technologique de référence pour la santé animale, une initiative qui réunit tous les acteurs privés et institutionnels du secteur de la santé animale autour de projets de développement des technologies émergentes. De nombreux dirigeants d’entreprises et personnalités du secteur y étaient invitées, dont notre directeur général César Carnicer  et Luisa De Arriba, notre directrice I+D biologics et regulatory.

Un des sujets au centre des exposés de cette journée, était la communication. Cette communication si particulière de par son instantanéité, qui alimente les conversations de nos followers et de nos clients sur le net et les réseaux sociaux. Les canaux digitaux sont devenus incontournables et c’est là désormais que  s’effectuent les premiers contacts de l’entreprise avec ses prospects et ses clients, que ceux-ci se forgent une opinion de nous, qu’ils adhèrent à nos valeurs, à nos messages, à nos produits ou qu’ils les rejettent. Tout comme nous devons soigner nos messages verbaux en face to face et veiller à leur intégrité et leur validité scientifique, nous devons « bien communiquer » quel que soit le canal. Car comme nous a commenté César Carnicer, « la communication, c’est la nouvelle force de vente de l’aire digitale». Bien communiquer, c’est aussi partager les informations de façon transparente et intelligible pour la société en général à qui nous devons expliquer la transmission des maladies et le concept de OneHealth, tout comme le rôle essentiel des vétérinaires dans celui-ci.  Bien communiquer, c’est un ingrédient indispensable pour tisser des relations de confiance et renforcer notre engagement envers la société et prévenir les dérapages qui peuvent ruiner la réputation non seulement d’une entreprise, mais de tout un secteur.

La situation avec le Covid et les partis pris radicaux contre la vaccination en général,  ont montré que communiquer sur les sciences est un exercice délicat qui nécessite de posséder les connaissances adéquates et de disposer des ressources nécessaires pour éviter la diffusion d’informations fausses et non validées de façon objective. Bien communiquer nécessite que tous les partenaires du secteur soient animés d‘intelligence collaborative’. Faire preuve d’intelligence collaborative, un terme inventé par William Isaacs en 1999,  c’est se donner la capacité de travailler en commun pour prendre les meilleures décisions. C’est ce à quoi les participants à cette conférence ont été invités à faire à l’invitation la fondation Vet+I

Un des messages importants à retenir suite à cette conférence, pour Syva, c’est que si nous voulons servir notre mission qui est de proposer des solutions qui ont du sens pour la santé animale, pour que notre communication à propos de celle-ci doit aussi avoir du sens et être diffusée via des canaux qui ont du sens pour les clients d’aujourd’hui. Pour cela nous devons faire preuve d’intelligence collaborative.

Pour en savoir plus sur cette conférence sur Vet+I nous vous invitons à lire cet article de Diario Vetérinario.

https://www.diarioveterinario.com/t/3319624/gran-respaldo-sector-xii-conferencia-fundacion-vet-i

Source photographique: #Diario Veterinario

Ceci pourrait également t'intéresser

13 février, 2022

Premio Syva, un petit tour dans l’histoire des gagnants ce prix prestigieux !

Avant la fin des soumissions, nous t'invitons à faire un saut dans le temps avec nous et à te rendre dans notre bibliothèque pour découvrir les affiches qui ont illustré le Syva Award au cours de ces 25 ans et te souvenir des noms des lauréats, des universités et de ceux qui, au sein des équipes de recherche, les...

En savoir plus

7 octobre, 2021

La vaccination pour le contrôle et la prévention des foyers d’anthrax

L'anthrax ou 'charbon' est une maladie grave causée par les spores très virulentes de la bactérie Bacillus anthracis. Si des mesures efficaces ne sont pas prises, l'anthrax peut décimer les troupeaux de nombreux animaux de ferme, notamment les bovins et les chevaux.

En savoir plus

2 septembre, 2021

Un pas plus loin dans la lutte contre l’érysipèle porcin!

Depuis plus de 60 ans, Syva collabore avec les vétérinaires et les éleveurs de porcs pour lutter contre l’érysipèle porcin. Des études épidémiologiques montrent que 30 à 50 % des porcs apparemment sains sont porteurs de la bactérie Erysipelothrix rhusiopathiae. 1 Lorsqu’il n’est pas contrôlé, l’érysipèle porcin peut affecter tous les stades de la production porcine, tant chez les porcs blancs...

En savoir plus